Assistants de français

Dossier AssistantsComment partir à l’étranger en tant qu’assistant de français ?


Les programmes d’assistanat de français


  Qui ?

Les programmes d’assistanat de français permettent à des étudiants francophones, âgés de 20 à 35 ans, de partir quelques mois dans des pays non francophones pour assister des enseignants de français dans l’exercice de leur métier. Ces programmes concernent principalement des étudiants de deuxième ou troisième année universitaire, préparant de préférence un diplôme en langues, mais aussi, pour certains programmes, en lettres, histoire-géographie, sciences de l’éducation, sciences du langage, arts plastiques, etc. Certains programmes, comme l’assistanat Comenius, s’adressent spécifiquement à de futurs professeurs (étudiants en pédagogie ou futurs enseignants qui ont terminé leur formation mais qui n’ont pas encore exercé).Il existe des programmes d’assistanat dans la plupart des pays francophones d’Europe (France, Suisse, Belgique), au Québec et dans quelques pays d’Afrique francophone, mais en nombre très restreint.

  Combien de temps ?

Les étudiants partent quelques mois (de 3 mois à 1 an, parfois renouvelables selon les programmes).

  Où ?

Les assistants de langue sont affectés dans des établissements scolaires (primaire et secondaire), mais aussi universitaires, parfois sur plusieurs établissements en même temps (trois maximum), dans des pays non francophones.

  Pour quoi faire ?

Les assistants assurent en moyenne une douzaine d’heures par semaine, parfois plus (jusqu’à 35 h, dans certains pays comme au Venezuela ou au Japon, les assistants perçoivent alors une rémunération plus importante).

Ils secondent le professeur de français et assurent des cours de conversation avec les élèves, une initiation à la civilisation et la culture de leur pays, éventuellement, une aide à la préparation des diplômes ou certificats de langue française.

Plus concrètement, l’assistant peut être amené à entraîner les élèves à la pratique orale, voire écrite de la langue, apporter une aide personnalisée aux élèves (sous forme de permanence par exemple), animer un club de langue, participer aux activités socio-éducatives de l’établissement où il est affecté, effectuer des enregistrements sonores, destinés à enrichir les collections audiovisuelles des établissements, préparer des documents pédagogiques ou encore apporter une aide directe au professeur de français.

En général, les activités organisées par l’assistant se déroulent sous la direction de l’enseignant (en classe entière), mais l’étudiant peut également être amené à prendre en charge seul de petits groupes d’élèves.

“J’ai passé mon année d’assistanat à Radyr Comprehensive School à Cardiff, au Pays de Galles. C’est en fait un établissement qui regroupe l’équivalent d’un collège et d’un lycée français, comme la majorité des “schools” de Grande Bretagne. J’avais 12 heures de cours par semaine, comme la plupart des assistants. Pour ce qui est des 1ères et des terminales, je les avais par groupes de 4, une heure par semaine. Je les faisais travailler sur des documents de toutes sortes que je pouvais choisir moi-même. Cela dit, à partir du mois de janvier, j’ai dû faire pratiquer l’examen aux 1ères jusqu’en avril mais je pouvais le faire de la manière que je voulais. Quant aux autres classes, je les voyais aussi une heure par semaine mais c’est le prof qui me les envoyait dans une salle à part par groupes de 4 également durant 5 à 10 minutes en fonction du nombre d’élèves par classe. Le but était de voir tous les élèves d’une même classe en une heure en leur faisant une activité sur un thème que le prof me demandait de préparer au préalable.”

“J’effectue en ce moment mon année d’assistanat à l’université de York, à Toronto, Canada. J’assure 12h de cours par semaine, divisées entre des heures de cours (environ 8h) et des heures consacrées au club de français du département (environ 4h), où j’aide à l’organisation d’activités, sorties, etc. Quand je suis dans la classe avec le professeur, j’ai devant moi environ une trentaine d’étudiants de 2ème et 3ème année. Quand je suis seule dans la classe, j’ai entre 12 et 15 étudiants. J’ai aussi été assistante de français en Angleterre il y a deux ans, à l’école Chailey School (les élèves avaient entre 11 et 16 ans), à Lewes, à côté de Brighton, où j’effectuais 12h de cours par semaine aussi 14h en fait parce que les cours ne duraient pas tout à fait 1h) ; je pouvais être avec le professeur dans la classe, ou sinon je prenais entre 2 et 5 élèves en dehors de la classe pour faire des activités orales ou ludiques, et pour les plus grands, je faisais des activités pour les préparer à leur examen de fin d’année.”

“Je passe mon année d’assistanat à Cheam High School, près de Londres. C’est un Languages College. J’assure 12 heures de cours par semaine, qui peuvent s’appliquer autant à donner des cours de conversation à un ou deux élèves à la fois, à prendre part aux cours en classe entière en aidant un élève directement pendant le cours ou encore à prendre un petit groupe d’élèves séparément de la classe afin de leur faire travailler l’oral/l’écrit/la compréhension.”

“Je suis actuellement aux Etats-Unis, Pella, Iowa en tant qu’assistante de français. Le semestre dernier j’ai assure 7h hebdomadaire et ce semestre seulement 5h car les classes sont moins nombreuses. J’assure ce que tout le monde appelle des labos de langue, c’est-a-dire qu’en groupe de 3 ou 4 nous faisons des activités pour communiquer le plus possible en français. Ces labos sont de deux fois 25 minutes par semaine pour les débutants et une fois 50 minutes pour les intermédiaires, avancés et très très avancés.”

“Je passe actuellement mon année d’assistanat dans une fac américaine, à Albion College, Albion, Michigan. Le semestre dernier, j’avais 4 heures de tutorats avec des groupes d’une dizaine d’étudiants. A côté de cela, on doit aussi organiser des activités hebdomadaires, une grande activité pour l’année et d’autres activités avec les assistants d’autres langues. Puis il y a aussi une fois par semaine une table de conversation qui a lieu à la cafétéria dans une salle à part. En ce qui me concerne, je prépare les tutorats avec les profs de français en fonction du travail réalisé en classe. Pendant les tutorats, les activités sont diverses : exercices de grammaire, culture, chansons, jeux éducatifs etc.”

“J’effectue mon assistanat dans un lycée de Forlì (Region Emilie Romagne, en ITALIE), l’établissement est un institut technico commercial, avec des élèves de 5 niveaux de classes : de 14 à 19 ans. J’assure 12 heures par semaine effectives en classe (compter beaucoup de préparation en plus), et 2 heures en supplément pour un cours de renforcement pour lequel m’a employé le lycée. J’ai 12 classes différentes, avec des groupes allant de 15 à 28 élèves selon les classes.”

“Je suis assistante à Xalapa Veracruz (Mexique), au sein de la Universidad Veracruzana. J’aide les professeurs sur deux centres différents, ce qui m’apporte une double expérience : un centre de langues (Los Sauces) où les élèves viennent pour une heure de cours hebdomadaire (élèves de toutes filières confondues), et un centre d’auto-accès, la USBI, où les élèves travaillent en autonomie grâce aux « routes de travail » établies par les professeurs de la USBI. J’assure 5h de cours, 4h de club de conversation et 4h de préparation de matériel pédagogique soit 13h hebdomadaires. Le nombre d’élèves varie de 6 élèves à 20 élèves par groupe, cependant les clubs au centre d’auto-accès réunissent moins d’élèves.”

  Comment ?

Les conditions financières varient selon les programmes et les pays : dans tous les cas, l’assistant perçoit une allocation mensuelle. Les frais afférents (billet d’avion, assurance, etc.) sont souvent à la charge de l’assistant.

L’assistant n’a pas toujours le droit de s’inscrire dans une université du pays où il travaille pendant son séjour. Dans certains pays, les étudiants peuvent cumuler leur emploi d’assistant avec un autre job.

  Où s’adresser ?

Les inscriptions se font au sein de l’université, auprès du service des relations internationales ou du département de rattachement de l’étudiant.

Quelques exemples :

Programme des assistants du CIEP (Français)
Il s’adresse à des étudiants français. Plus de 2 500 postes d’assistants de français sont à pourvoir chaque année dans l’un des 20 pays participant à cet échange : Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Canada, Colombie, Équateur, Espagne, États-Unis, Italie, Irlande, Japon, Mexique, Nouvelle Zélande, Pays-Bas, Pérou, Portugal, Royaume-Uni, Suisse alémanique et Venezuela.
Programme des assistants Comenius (étudiants européens)
Il s’adresse à des étudiants de l’Union européenne, futurs enseignants. Les assistants sont sélectionnés par l’agence nationale de leur pays d’origine (300 postes par an). Postes ouverts dans les 27 pays de l’Union européenne, plus Islande, Liechtenstein, Norvège et Turquie.
Programmes des assistants québécois
Les programmes canadiens sont gérés soit par les universités, soit par le ministère de l’Éducation. Le ministère de l’Éducation du Loisir et du Sport du Québec propose ainsi des postes en Allemagne, au Royaume-Uni et en Irlande ou encore au Mexique.
Chaque année universitaire, le Deutsches Studentenwerk recrute, en coopération avec les CROUS, une vingtaine d’étudiants français pour effectuer une année de tutorat dans un établissement d’enseignement supérieur en Allemagne.
Programme Fulbright (Français)
Une quarantaine de postes sont ouverts chaque année aux étudiants français. Les placements sont proposés au niveau universitaire (30 postes) ou scolaire (7 postes dans le primaire et le secondaire) sur l’ensemble du territoire américain.
Programme suisse
La Suisse envoie des assistants de français en Allemagne, Autriche et Royaume-Uni.
Programme d’assistant de langue française (Belges)
Pays concernés : Allemagne, Autriche, Espagne, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni
Rédaction : Haydée Maga
print