Étonnants voyageurs angolais…

Sans titre

Les enseignants de français en Angola, décrivent leur pays tout en reprenant  le style des poètes français célèbres pour « Ecrire à la manière de… »

 

« Étonnants voyageurs ! Quelles nobles histoires
Nous lisons dans vos yeux profonds comme les mers !
Montrez-nous les écrins de vos riches mémoires,
Ces bijoux merveilleux, faits d’astres et d’éthers. »

Le voyage, Charles Baudelaire

20160514_160912

 

 

A Lobito, tout le monde est gentil

Venez visiter ! Comme les grands bateaux de touristes le font

C’est une ville avec un port merveilleux, port d’Afrique

Ville de collines, ville de salines, ville de grandes usines

Lobito, ville gentille.

Bernardo Kamundongo

 

 

A Luanda, pour le carnaval

Tout le monde se déguise

Les rues agissent

Les rayons du soleil reflètent les couleurs sur la plage de Marginal

C’est pour cela que le peuple luandais est original.

Jdmboko

 

A Palma de Majorque
Tout le monde est heureux
On mange dans la rue
Des sorbets au citron…

Iles, Jean Cocteau

 

 

20160514_160928 (1)

 

 

Oh ! Mon Dieu, la souffrance

De vivre loin de ma famille.

Si mes regrets étaient de pierre et de ciment

J’aurais pu construire un port aérien

Pour vivre à côté de ma petite famille.

Noél Boumbote

 

 

Carte postale de Namibe

La marginal, les palmiers, la foire, le désert avec

La plante la plus rare du monde, Welwitshia mirabilis

La tour, là-bas, un magnifique paysage à couper le souffle

La jolie ville de Namibe.

Ben Senga Mbiye

 

Venise pour le bal s’habille.
De paillettes tout étoilé,
Scintille, fourmille et babille
Le carnaval bariolé.

Emaux et camées, Théophile Gautier

 

20160510_171811

 

 

Mais oui, je suis un oiseau

M’a raconté l’île de Mussalo

Et si je porte un chapeau sur la tête

C’est pour bien me protéger des rayons du soleil

Car ils me font beaucoup transpirer

Mais je prends un bateau, je plonge

Je fais la paix avec le soleil

Je suis à Mussalo

Je suis à Luanda

Eduardo B. Pereira

 

 

Benguela pour le bal se déguise

Des vêtements traditionnels, des masques

Envahissent les grandes rues

En foule et en fête

Le carnaval chauffe

Mabundu Mayokenda

 

 

Mais oui, je suis une girafe

M’a raconté la tour Eiffel,
Et si ma tête est dans le ciel,
C’est pour mieux brouter les nuages,
Car ils me rendent éternelle.
Mais j’ai quatre pieds bien assis
Dans une courbe de la Seine. 

La tour Eiffel, Maurice Carême

 

 

13164449_10154832776623662_3012913689800087958_n

 

Au village

Tout le monde est solidaire

On mange partout dans tous les foyers

Des arachides fraîches au manioc

On boit du vin de palme au cola

Filipe Ndumbu

 

 

Parlant de la ville de Malanje

Parmi les endroits qui attirent l’attention des personnes

Il y a la Place du 4 février qui se trouve au centre de la ville.

La Place du Jardin de la ville, juste devant la maison du gouverneur

Et la Place Njinga Mbande

Où se trouve la statue de la reine qui porte le même nom.

Malanje vient de construire le plus grand hôtel de la région nord-est de l’Angola

Le Palanca, c’est le nom d’un animal unique au monde

Un animal de Malanje.

Diogo Atomaniza

 

Lagunes églises palmiers maisons cubiques
Grandes barques avec deux voiles rectangulaires renversées qui
ressemblent aux jambes
immenses d’un pantalon que le vent gonfle
Petites barquettes à aileron de requin qui bondissent
entre les lames de fond
Grands nuages perpendiculaires renflés colorés comme des poteries
Jaunes et bleue

Bahia, Blaise Cendrars

 

20160510_181656 (1)

 

Le village de mes rêves

Il est là près du grand fleuve

Qui coule en apportant les larmes des veuves

Il est là tout près de mon cœur

Où les enfants nus pieds jouent sans peur

Il est là tout près des roseaux

Où chantent sans cesse les oiseaux

Il est là au fond de moi

Où l’amour règne tous les mois.

Garcia T. Lopes

 

 

A Namibe tout le monde est accueillant

On mange du poisson et des fruits de mer…

On danse, on fait des bébés

On pratique la pêche à la canne.

Kanda Kanda

 

 

A Malanje, pour le carnaval,

On s’habille avec des pagnes

On chante, on danse, on boit,

Le carnaval est chaud.

Antonio Ribeiro

 

Sans titre

 

Cet atelier d’écriture a été réalisée à l’occasion des journées de formation de formateurs des Ecoles de formation de professeurs qui a eu lieu à Benguela, en Angola, en mai 2016. Merci aux formateurs des futurs enseignants de français en Angola pour votre contribution à Francparler-oif.org, le site pédagogique des professeurs de français dans le monde.

 

Adriana Davanture  – 19/05/2016

Images photographiques: Adriana Davanture

 

print