Festival « Je sais faire en français »

 

Andrea Šteflová, organisatrice du festival « Je sais faire en français », en République tchèque (Lycée Josef Bozek à Cesky Tesin) témoigne.

 

Devise

Le français est comme la danse. Les nasales, les accents aigu, grave ou circonflexe, ça fait bouger dan tous les sens en ondulant la langue, voire tout le corps.

L’idée initiale

Tout ça n’est pas né d’un jour à l’autre. La première idée s’est présentée en automne 2015 durant le Symposium de l’Association des enseignants de français en République tchèque (SUF). Les professeurs se plaignaient que l’intérêt pour le français soit en baisse ces derniers temps. Vraie ou fausse, nous avons décidé de lutter contre cette idée. Nous nous sommes dit que nos élèves avaient beaucoup de talents et qu’il suffisait parfois juste de leur donner le temps de le révéler. Donc, il suffisait de nous interroger sur la manière de relever ce défi…

C’est ainsi que nous nous sommes lancés et le festival a vu le jour…. Nous avons décidé de proposer aux élèves, par l’intermédiaire de leurs professeurs, de préparer des présentations de poèmes, de chansons, de spectacles dramatiques, de sketchs… en français, soit individuellement, soit en groupe, d’une durée maximale de 10 minutes.

Le travail méticuleux ne s’est pas fait  attendre : dresser la liste des écoles enseignant le français, envoyer les fiches d’inscription en espérant qu’elles nous seront remises remplies, nous adresser aux sponsors, inviter la presse et les hôtes d’honneur, rédiger les textes pour les élèves-conférenciers, assurer le rafraîchissement, réfléchir sur les prix… Le plus essentiel pour nous était qu’il n’y ait pas de perdants à ce spectacle, c’est pourquoi nous avons voulu récompenser chaque présentation. Le but restait d’éveiller le goût pour le français et de se rencontrer pour le partager.

Le Festival vit sa vie

Après le succès foudroyant de la 1re édition du festival en février 2016, la 2e édition était quasiment naturelle …

Nous sommes le vendredi 24 février 2017. Gymnazium Josefa Bozka à Cesky Tesin, une ville à la frontière tchéco-polonaise dans l’extrême nord-est du pays. Vu de l’extérieur, un lycée comme tous les autres. Mais cette fois-ci, il s’y prépare un événement exceptionnel. Dès le matin, le couloir au premier étage commence à se remplir des invités. Les enseignants et leurs élèves provenant de nombreux coins viennent afin de participer au festival. Une vraie fourmilière ! Les élèves-hôtesses vérifient les fiches d’inscription des nouveaux arrivés, le preneur de son (au quotidien professeur de biologie) fait de courtes répétitions de microphone avec les jeunes artistes et l’amphithéâtre scolaire se transforme au fur et à mesure en grande piste de cabaret et de théâtre. Les enseignants discutent entre eux, les élèves se déguisent et préparent les accessoires indispensables pour leurs présentations. Même les petits morceaux valent la peine !

Sur le coup de 10 heures, plus de 150 personnes sont installées dans la salle et la cérémonie d’ouverture peut commencer. Le proviseur du lycée Tomas HUDEC souhaite la bienvenue à tous, le directeur de l’Alliance française d’Ostrava Cédric RAMIREZ exprime sa joie de pouvoir assister à ce grand spectacle et la représentante de l’administration régionale présente la possibilité d’étudier en France dans le cadre du programme Un an en Lorraine. Dès que les deux conférenciers saisissent le micro, le festival peut vraiment démarrer…

Au cours de vingt et une présentations, nous avons applaudi à tout rompre plus d’une centaine d’élèves. Nous avons pu suivre les aventures du Petit Chaperon rouge, aller au bal avec Cendrillon et son prince charmant, la Reine des Neiges a fait preuve de son pouvoir magique et Madame Subjonctif s’est montrée une vraie spécialiste de sa forme. La Charogne nous a séduits par sa beauté, Prévert nous a tous invités  au Déjeuner du matin et du Resto nous avons continué directement Chez le docteur. Santiano nous a emmenés sur le large et la Caresse sur l’océan a surmonté toutes les Frontières. Nous avons même crié Je vole et Si jamais j’oublie ce dont J’avais rêvé, On a écrit sur les murs que Nous aimons le français

Nos applaudissements ont salué tous les élèves !

Après un bon déjeuner à la cantine que le lycée avait offert à tous les participants et la viennoiserie que les enseignants et les élèves du lycée ont préparée pour leurs invités, l’heure de la remise des prix et des diplômes est venue. L’hôte d’honneur, professeur de français François BOUILLET a aidé les organisateurs à décerner les cadeaux. Chaque présentation a été récompensée. Les principaux sponsors étaient le lycée Gymnazium Josef Bozek Cesky Tesin et l’Association des enseignants de français en République tchèque. Les jeunes acteurs et actrices, chanteurs et chanteuses ont reçu les puzzles en 3D des monuments parisiens et les horloges murales aux motifs à la française et de petits cadeaux de la maison d’édition Megabooks.

Quelle belle journée à la française, ne trouvez-vous pas ?

À la prochaine à l’occasion de la 3e édition du Festival « Je sais faire en français » !

Andrea Šteflová

Professeur de français au Gymnazium Josef Bozek, organisatrice du festival

print